'Duet' Premiere at Festival d'Automne

'Duet' Premiere at Festival d'Automne

Paris’s Festival d’Automne 2008 featured the French premiere of George Benjamin’s dazzling new piano concerto Duet, alongside centenary celebrations for Olivier Messiaen and Elliot Carter. 

Benjamin himself conducted the concert on 5 December at Salle Pleyel in Paris, performed by the Orchestre Philharmonique de Radio France with dedicatee Pierre-Laurent Aimard as soloist, in a programme also including Benjamin’s own Ringed by the Flat Horizon, next to by Messiaen’s Oiseaux Exotiques and Carter’s Three Occasions.  The concert was broadcast live in France and Germany.

REVIEWS:

De Benjamin, cette fois, Duet pour piano et orchestre instaure un rapport très singulier entre les deux protagonistes en écartant radicalement les conventions du concerto – y compris la virtuosité - que le compositeur dit redouter. Benjamin met à l’œuvre dans cette pièce d’une grande originalité sa réflexion sur le timbre témoignant d’une pensée acoustique en perpétuel devenir : pas de violons dans un orchestre drastiquement réduit mais un célesta qui ourle parfois les sonorités du piano, une harpe se confrontant avec le soliste et un deuxième « invité », la trompette guidant l’écoute à travers un parcours très contrasté où les couches rythmiques et temporelles se tuilent et se superposent dans un raffinement inouï : une écriture à la mesure de ce pianiste-concepteur qu’est Pierre-Laurent Aimard conférant à cette œuvre très brève (à peine treize minutes !) une qualité d’écoute d’une intensité rare. 

Ringed by the flat horizon, premier chef d’œuvre du compositeur alors âgé de vingt ans, offrait une mise en perspective intéressante du chemin parcouru jusqu’à aujourd’hui. Sollicitant l’effectif d’un très gros orchestre et d’un piano, Benjamin envisage de manière quasi plastique de somptueuses textures sonores dont l’intensité colorée n’est pas sans évoquer son maître Messiaen. Le compositeur évoque d’ailleurs la vision inspiratrice d’un ciel d’orage au-dessus du désert du Nouveau-Mexique suscitant quelques plages de temps très longs dans ce paysage sonore puissamment brossé. Des solos de violoncelle presque lyriques y ménagent cependant une dramaturgie latente qui porte l’œuvre jusqu’à un climax impressionnant. L’aisance à gérer la grande forme et la conduite harmonique déjà pleinement assumée sidèrent chez un musicien aussi jeune.
Resmusica.com (Michèle Tosi), 9 December 2008

Also when in Paris…
Benjamin spent much of the rest of his week in Paris being interviewed for four Radio France programmes, amounting to six hours of material. One of these interviews will be broadcast in five parts on the programme ‘Miniatures’ at 9.45am on successive mornings next week.

To download the programmes to your ipod/mp3 player, use this link: Miniatures